English website Apertura pronto Apertura presto Öffnung bald Abertura logo
Mille Soleils... Lumières du monde Vous aussi, agissez !
Association
Action pour les enfants
des lépreux de Calcutta




Actualités
L'Association
Livres
Contacts
Dominique et Dominique
F.A.Q.
Citations
Plan du site
"Sauver un enfant, c'est sauver le Monde"  
Ils agissent pour les plus pauvres des pauvres  

Un Suisse au coeur des bidonvilles

Gaston Grandjean avec les enfants Gaston Grandjean.

"Avec pour seul bagage une musette contenant un exemplaire des Evangiles, un rasoir et une brosse à dents, il débarqua en Inde un matin de l'hiver 1972.

Quelques jours plus tard il s'est installé dans ce bidonville de Calcutta.
Adolescent, il voulait être missionnaire mais les pères blancs de Fribourg l'en avaient dissuadé à cause de sa santé précaire.

Il fait alors le voeu de "rejoindre les plus pauvres et les plus déshérités là où ils sont, de vivre la même vie qu'eux, et de mourir avec eux."

Cet infirmier Suisse partage l'extrême pauvreté des gens du bidonville.

Il aménage une école du soir pour permettre d'apprendre à lire et à écrire aux enfants qui travaillent toute la journée dans les ateliers, les boutiques et les tea-shops du quartier :

"Gaston invita les familles concernées à chercher un local qui pût servir de salle de classe et proposa de consacrer ce que lui avaient laissé des amis de passage à la rémunération de deux instituteurs.

C'était sans doute la seule école de ce genre qui existât au monde.

Trop exiguë pour accueillir plus d'une vingtaine d'enfants à la fois, elle restait ouverte du soir jusqu'à l'aube."

Il crée une équipe de soutien aux malades :

"Gaston Grandjean proposa la création d'une équipe de volontaires pour accompagner et guider les malades dans les hôpitaux de Calcutta.

Car aller seul se faire soigner dans ces caravansérails était une aventure souvent si cauchemardesque que la plupart des gens devaient y renoncer."

"Nous avions une nouvelle famille à Calcutta et James nous emmena dans la colonie de lépreux de Pilkhana rencontrer les parents des premiers enfants qu’il avait recueillis. C’est dans ce bidonville que nous fîmes la connaissance de Gaston, un infirmier suisse, laïc consacré de l’ordre religieux du Prado, dont j’ai raconté l’expérience mêlée à celle du Père François Laborde, sous le nom du « Père Lambert » dans mon livre La Cité de la joie. Gaston nous présentera aux travailleurs sociaux dont il avait inspiré le dévouement au service des plus pauvres et assuré la formation médicale au sein de l’organisation pour laquelle il travaillait alors.
Nous sommes devenus très proches d’un certain nombre d’entre eux, dont j’ai aussi raconté l’histoire. Lorsqu’ils ont à leur tour créé des ONG dans des zones rurales où les besoins étaient encore plus criants qu’à Calcutta, il était naturel que nous aidions nos frères et sœurs indiens dans leur courageuse et généreuse démarche, autant que nos moyens pouvaient le permettre."

1997-1998-1999 : lancement de 3 bateaux dispensaire pour soigner les habitants de 57 îles du Golfe du Bengale, au large du Delta du Gange et du Brahmapoutre.

Gaston est le "moteur" et "l'ame" de cette initiative consistant à porter secours aux populations les plus oubliées...

Vous aussi, vous pouvez aider Gaston !

Accueil rubrique
"Lumières du monde"
Après les taudis de Calcutta, ils créent une école
Le \"Monsieur Vincent \" des handicapés de Calcutta
Né dans un bidonville, il construit un village
Un Anglais au coeur des lépreux
Un Père Jésuite à Madras
Un Suisse au coeur des bidonvilles
Un médecin Indien contre les gazs toxiques
Une infirmière Indoue et un ancien terroriste musulman
Une infirmière venue des hauts plateaux de l\'Himalaya
Une intrépide infirmière bengali
Faîtes un don !
sommet de la page

© Dominique Lapierre
Crédits
Mentions légales
0.009