English website Apertura pronto Apertura presto Öffnung bald Abertura logo
Mille Soleils... Lumières du monde Vous aussi, agissez !
Association
Action pour les enfants
des lépreux de Calcutta




L'Association
Livres
Contacts
Dominique et Dominique
F.A.Q.
Citations
Plan du site
Actualités  
Des nouvelles de l'association et de Dominique Lapierre  

Rapport d'activité 2010

Dominique LAPIERRE en 2010

dimanche 01 janvier 2012 à 19h39

RAPPORT d’ACTIVITÉ pour l'ANNÉE 2010


Mesdames, Messieurs, Chers Amis,
Conformément à l'Article 9 de ses statuts, je viens vous rendre compte de la situation morale de notre Association pour l'année 2010.
« Action pour les Enfants des Lépreux de Calcutta » a été créée en 1982 et ses ressources proviennent de mes droits d’auteur et de dons.
Je tiens donc tout d’abord à vous remercier pour votre confiance et votre soutien. Sachez que c’est toujours avec la même émotion que Dominique et moi découvrons dans le courrier les enveloppes qui nous apportent le vivifiant témoignage de votre générosité, mais surtout de votre amitié qui nous est indispensable pour continuer notre action au service d’hommes, de femmes et d’enfants que vous nous permettez d’aider à lutter contre toutes les adversités pour une vie meilleure, avec un courage et une dignité qui ne cessent de faire notre admiration.
Soyez tous certains, amis fidèles de plus ou moins longue date ou nouveaux « donateurs », que nous avons pleinement conscience que sans vos dons —les plus modestes nous touchant autant que les plus importants— il nous serait impossible de financer les nombreux projets des organisations non gouvernementales (ONG) — toutes apolitiques et non confessionnelles, mais toutes interreligieuses et intercommunautaires — que nous soutenons depuis 1981. Déjà TRENTE ANS !
Dominique et moi sommes retournés en Inde cette année : du 15 novembre au 1er décembre 2010, comme d'habitude entièrement à nos frais personnels, bien sûr. Nos visites annuelles des différents centres nous permettent de nous retrouver sur le terrain avec les équipes locales. Ce sont des femmes et des hommes exceptionnels qui travaillent ensemble, qu’ils soient hindous, musulmans, chrétiens, bouddhistes ou non croyants. Et chaque fois, nous sommes impressionnés par leur courage et leur inlassable dévouement certes, mais surtout par leurs capacités et leur professionnalisme.
Pour nous deux, il est aussi important d’aller régulièrement leur manifester notre fraternelle solidarité, que de vérifier l’utilisation des fonds envoyés, de suivre l’évolution de leurs actions et de les écouter pour mieux connaître leurs besoins et leurs difficultés.
Comme chaque année, permettez moi de vous rappeler la genèse de notre association, fondée essentiellement sur les liens fraternels que Dominique et moi avons noués depuis 1981 avec des enfants, des femmes et des hommes qui sont pour nous de vraies « lumières du monde ». Ce sont eux qui nous ont fait découvrir ce merveilleux proverbe “Tout ce qui n’est pas donné est perdu” — devenu le moteur de notre engagement.
Petit retour en arrière : après avoir écrit cinq livres d’histoire avec mon frère en écriture Larry Collins, j’éprouvais le besoin de prendre le temps d’aller dire « merci » à l’Inde après les années de bonheur passées à la parcourir pour l’enquête de Cette nuit la liberté et je décidai, en souvenir de Gandhi, de donner une partie de mes droits d’auteur à une œuvre s’occupant d’enfants victimes de la lèpre. C’est ainsi que Dominique et moi partîmes pour Calcutta.
Nous y avons connu James Stevens, un prospère marchand de chemises anglais qui, douze ans plus tôt, avait vendu tous ses biens et renoncé à son existence confortable pour consacrer sa vie à sauver des enfants promis à une déchéance totale. Il avait fondé dans la banlieue de Calcutta un foyer qu’il appela Udayan, littéralement « nouveau commencement, résurrection ». Lorsque nous l’avons rencontré, James n’avait plus d’argent. Il allait devoir renvoyer les 120 garçons de son foyer à l’horreur des taudis des colonies de lépreux de leurs parents. Un îlot d’espoir au cœur de l’enfer était sur le point de disparaître. Nous lui avons remis l’argent que nous avions apporté en lui disant : « Ce premier secours vous permettra de payer vos dettes et nous allons nous battre pour que vous ne fermiez jamais le foyer Résurrection. » Cet engagement allait changer nos vies.
J’avais cinquante ans et j’ai décidé de cesser d’être un simple témoin, rapportant des injustices et des souffrances du monde, pour devenir un acteur, luttant contre ces injustices et ces souffrances.
Nous avions une nouvelle famille à Calcutta et James nous emmena dans la colonie de lépreux de Pilkhana rencontrer les parents des premiers enfants qu’il avait recueillis. C’est dans ce bidonville que nous fîmes la connaissance de Gaston, un infirmier suisse, laïc consacré de l’ordre religieux du Prado, dont j’ai raconté l’expérience mêlée à celle du Père François Laborde, sous le nom du « Père Lambert » dans mon livre La Cité de la joie. Gaston nous présentera aux travailleurs sociaux dont il avait inspiré le dévouement au service des plus pauvres et assuré la formation médicale au sein de l’organisation pour laquelle il travaillait alors.
Nous sommes devenus très proches d’un certain nombre d’entre eux, dont j’ai aussi raconté l’histoire. Lorsqu’ils ont à leur tour créé des ONG dans des zones rurales où les besoins étaient encore plus criants qu’à Calcutta, il était naturel que nous aidions nos frères et sœurs indiens dans leur courageuse et généreuse démarche, autant que nos moyens pouvaient le permettre.
En 2010, ce sont 2 377 365 euros que nous avons envoyés à douze ONG (neuf en Inde, une au Guatemala, une en Afrique du Sud et une en Haïti), répartis de la façon suivante :

UDAYAN - a reçu 120 000 euros.
Le foyer Udayan, ce qui veut dire « Résurrection », a été créé en 1970 à Barrackpore, à 40 kms de Calcutta, par l’Anglais James Stevens pour accueillir des enfants dont les parents souffrent tous de la lèpre. À leur entrée au foyer, un certain nombre d’enfants sont déjà eux-mêmes atteints par la maladie. Un traitement approprié les en guérira définitivement, en général en moins d’un an, leur épargnant les nécroses et amputations invalidantes de leurs parents.
Une équipe d'éducateurs tout à fait remarquable encadre aujourd’hui les 250 garçons et 54 filles de 4 à 18 ans qui sont élevés dans les cinq bungalows construits dans un environnement de verdure, vergers et cultures vivrières, sans jamais être coupés de leurs parents chez qui ils retournent lors des vacances scolaires. Les plus jeunes suivent l’école primaire sur place, les autres sont conduits chaque jour dans les écoles gouvernementales.
James STEVENS, qui a fondé le foyer UDAYAN en 1970, a reçu 8 000 Euros
HSP - HOWRAH SOUTH POINT - a reçu 90 000 Euros.
Fondée en 1976 à Howrah (ville-jumelle de Calcutta de l’autre côté du fleuve Hoogly) par le père François Laborde (de la communauté du Prado de Lyon comme le frère Gaston Dayanand, héros de mon livre « La Cité de la joie »), cette organisation se consacre principalement à la rééducation et à l’insertion de 450 enfants handicapés au sein des sept centres d’accueil avec écoles spécialisées, unités de rééducation physique : ergothérapie, kinésithérapie, apprentissage du langage pour les sourds-muets ;
 un atelier de fabrication de prothèses, orthèses, béquilles et chaussures orthopédiques ;
 ateliers d'insertion : fabrication et vente d’artisanat (bougies, cartes peintes, couture, broderie, batik, production de champignons).
À cela s’ajoutent des dispensaires (avec consultations et médicaments gratuits), des écoles (près de 2.000 élèves venant de milieux défavorisés), des ateliers de formation professionnelle et des programmes d’aide aux jeunes mamans. 360 travailleurs, tous indiens, assurent ces programmes à Howrah, et dans les foyers de Jalpaiguri, près de Darjeeling, au pied de l’Himalaya, qui disposent d’une ferme fournissant aux enfants un apport très appréciable en vitamines et protéines (lait, œufs, viande, légumes, fruits) et de cultures agricoles assurant du travail et des revenus (riz, café, jute, poivre).
Notre engagement est la prise en charge totale de 125 enfants (sur les 450) lourdement handicapés physiques et/ou mentaux. Leurs soins nécessitent des moyens en personnel et en équipements plus coûteux.
ABC - ASHA BHAVAN CENTRE - a reçu 1 010 000 Euros.
Cette « Maison de l’Espoir » pour enfants handicapés, a été fondé en 1999 à Belari par une femme admirable Sukeshi Barui, sur le même terrain que le grand dispensaire de BELARI PALI BIKASH SAMITY qu’elle avait fondé en 1985 et où elle avait elle-même soigné plus de cent mille patients.
En 2002, lorsque les deux ONG ont dû se séparer, nous avons acheté un terrain à Kathila, près d’Uluberia à 60 km de Calcutta, et construit le « Dominique Lapierre Centre of Excellence for Disabled » qui héberge maintenant plus de 300 jeunes enfants souffrant de très lourds handicaps physiques et cérébraux.
ABC a ouvert des sous-centres qui ont permis la détection et le suivi de plusieurs milliers d’enfants handicapés isolés dans des villages éloignés, et leur rééducation sur place grâce notamment à la formation de leurs parents.
Nous avons également équipé le centre ABC de Kathila d’un atelier d’orthèses.
Un dispensaire, un foyer pour femmes malades mentales, un programme spécial d’éducation adaptée pour les enfants handicapés, leur réhabilitation par des physiothérapistes, un programme de suppléments nutritifs pour enfants en bas-âge souffrant de malnutrition, du soutien scolaire, des programmes d’éducation sanitaire des mères de plus de mille villages… complètent les activités d’ABC.
De même que la poursuite du programme de la construction de 15 écoles primaires et moyennes dans des zones très reculées pour des enfants n’ayant aucune autre possibilité d’être scolarisés… Trois nouvelles écoles sont en cours de construction.
BPBS - BELARI PALLY BIKASH SAMITY - a reçu 153 000 Euros.
Ce grand dispensaire rural qui reçoit des centaines de malades chaque jour, a plusieurs sous-centres et des dispensaires mobiles pour apporter des soins médicaux dans des villages éloignés.
Une école-pension pour les enfants des ouvriers saisonniers des briqueteries a été ouverte dans les locaux du centre de Belari laissés vacants après le transfert des enfants handicapés de ABC dans le nouveau centre de Kathila.
UBA - THE UNITED BROTHERS’ ASSOCIATION - a reçu 120 000 Euros.
Cette ONG a été fondée en 1982 par Mohammed Kamruddin, un travailleur social formé par Gaston et qui vit encore avec sa famille dans le bidonville de Pilkhana que j’ai baptisé « La Cité de la joie ». Devenu médecin homéopathe et sans cesse à l’écoute des détresses autour de lui, il nous a demandé de l’aider à créer des dispensaires allopathiques et ayurvédiques pour les populations très pauvres des banlieues de Calcutta, un foyer pour adolescents handicapés, des centres d’apprentissage pour jeunes filles, un foyer pour femmes malades mentales, des groupes d’entraide de femmes pour accéder à l’autonomie économique, des écoles, des bibliothèques et des bourses d’études, des centres d’apprentissage à la couture et à la broderie de saris. Les diplômées reçoivent une machine à coudre ou un cadre en bois pour la broderie des saris ce qui leur permet d’accéder à l’autonomie économique. Sa femme Noor Djehan a créé la branche féminine : USA – THE UNITED SISTERS’ ASSOCIATION.
SHIS - SOUTHERN HEALTH IMPROVEMENT SAMITY - a reçu 500 000 Euros.
Fondée en 1980 par Mohamed Wohab (musulman) et Sabitri Pal (hindoue), cette ONG spécialisée dans l’éradication de la tuberculose a déjà guéri plus d’un million de malades, à partir du grand centre de Bhangur, d’une douzaine de sous-centres, et grâce aux quatre bateaux-dispensaires qui vont au secours des populations isolées des 54 îles du delta du Gange. Education sanitaire, campagnes de vaccination, camps d’opérations de cataractes, alphabétisation des femmes de
mille villages, microcrédits pour plus de 30 000 femmes, creusement de puits d’eau potable, écoles, foyers pour étudiants, formation, fabrique de latrines, production de médicaments ayurvédiques à partir de cultures de plantes médicinales… Cette ONG qui a plus de mille travailleurs est souvent sollicitée par les instances gouvernementales pour lancer de nouveaux programmes car elle est reconnue comme étant la meilleure dans le traitement de la tuberculose en Inde.
PARAS PADMA - a reçu 47 500 Euros.
Ce foyer a été créé en 2001 par Mina (fille de Wohab) et son mari Ebadat pour accueillir, soigner, scolariser et rééduquer cinquante jeunes handicapés physiques et mentaux. Nous avons financé les travaux de réfection du toit.
ICOD - INTERRELIGIOUS CENTRE OF DEVELOPMENT - a reçu 186 865 €
Fondé à l’initiative de Gaston Dayanand en 2000, et dirigé par Gopa, une autre femme exceptionnelle, ICOD est un centre de vie interreligieux et une communauté d’accueil pour les plus abandonnés (jeunes filles orphelines avec un lourd handicap, femmes malades mentales, vieillards sans ressources) avec agriculture, animaux, pisciculture, arbres fruitiers et centre de formation pour travailleurs sociaux. C’est là que vit et travaille Gaston depuis plusieurs années.
SAMBHAVNA à Bhopal dans le centre de l’Inde - a reçu 61 000 Euros.
Cette organisation a été fondée par Satinath Sarangi, dit « Sathyu », pour venir au secours des victimes de la tragique catastrophe industrielle de Bhopal en 2004. Nous avons permis l’achat d’un terrain et la construction d’un nouveau grand centre de soins, abritant entre autre la clinique gynécologique que nous finançons depuis plusieurs années. Nous finançons également des écoles, centres d’apprentissage et dispensaires créés dans l’Oriya Basti et une deuxième communauté très pauvre vivant aux abords de l’ancienne usine de pesticides.
LES TROIS QUARTS DU MONDE - a reçu 26 000 Euros.
Cette association a été fondée par Anne Pascal à Paris pour financer deux foyers qui accueillent et scolarisent des jeunes filles et jeunes mères récupérées de la rue (prostitution, drogue) à Guatemala City. Devant le sérieux du travail effectué et de son suivi, nous nous sommes engagés à prendre, pendant cinq années, le relai du Secours Catholique afin d’assurer le financement du foyer « Ciudad de la Alegria » pour un montant annuel de 26 000 euros.
IKAMVA LABANTU (the Future of our Nation) - a reçu 50 000 € (1ère année)
Cette ONG, la plus importante d’Afrique du Sud, a été fondée par Helen Lieberman dans les années 1980, pour aider les femmes des townships de la banlieue de Cape Town à s’organiser pour sortir leurs communautés de leur très grande misère. Lorsque j’ai découvert le courage de cette femme dans son engagement auprès des populations noires au temps de l’apartheid, j’en ai fait l’un des principaux personnages de mon livre « Un arc-en-ciel dans la nuit », publié en 2009, dont une partie de mes droits d’auteur est destinée à son organisation.

MANUSODANY HAITI - a reçu 5 000 €.
Nous avons envoyé ce soutien financier occasionnel en réponse à l’appel émouvant de Marie Peiffer qui se bat depuis plusieurs années pour la scolarisation de jeunes orphelins haïtiens. Cette aide exceptionnelle a été possible du fait que le Père Santiago Obama ne pouvait pas recevoir de fonds cette année en Guinée Equatoriale, suite à son « exil » sécuritaire en France.
Comme chaque année, je rappelle à l’attention de nos amis donateurs que Dominique et moi assumons personnellement la totalité des dépenses de fonctionnement de l’association à la seule exception des inévitables frais bancaires incompressibles. Depuis sa création en 1982, l’association n’a aucun frais de loyer et d’entretien de bureaux, aucun frais de personnel, aucun frais de transports, aucun frais de communication et de publicité, aucun frais de fournitures et d’équipement de bureaux, aucun frais de photocopies, aucun frais d’affranchissements.
Aux 2 377 365 euros que nous avons envoyés de France pour des actions de priorité au service de centaines de milliers de bénéficiaires, il faut ajouter l’équivalent de 40.560 Euros envoyés depuis nos associations filiales (Usa et Inde). Les seuls frais imputés à l’association sont les inévitables frais de banques pour un montant de 17.715 Euros. Nos ressources en France (droits d’auteurs & dons) se sont élevées à 1.689.944 Euros (643.347 de France + 1.046.597 de l’étranger), auxquelles il faut ajouter les produits financiers et les reprises sur provision d’un montant de 70.395 euros — soit un total de recettes de 1.760.339 euros. Nous avons donc été obligés de puiser sur nos réserves pour un montant de 634.741 €.
Je ne peux vous cacher notre inquiétude devant l’augmentation du coût de la vie (aggravée en Inde avec la baisse de l’euro par rapport à la roupie indienne) alors que nos ressources ne sont pas suffisantes pour assumer les budgets des projets en cours. Je crois en la Providence, certes, et je sais que nous pouvons compter sur vous, mais l’éventualité de devoir supprimer des écoles, centres de soins et foyers d’accueil est un réel cauchemar pour Dominique et moi ! Nous nous battons sans relâche de notre côté mais sachez que votre aide pour faire connaître notre action autour de vous est vitale.
Je vous assure que nous allons continuer de nous battre aux côtés de nos frères et sœurs au service des plus démunis.
Avant de nous quitter, permettez-moi, Chers Amis, de vous redire à tous notre très vive gratitude pour votre soutien, et notre fraternelle amitié.

Dominique Lapierre
Président de l’association

 

Accueil Actualités
L'association en 2012
Gaston Dayanand, "héros" de la Cité de la Joie, nous ecrit de Calcutta
VOUS POUVEZ AGIR AUSSI !
Quelques informations sur notre association à l'intention des nouveaux donateurs
réduction fiscale
Changement de coordonnées bancaires
Revue de Presse
PARIS MATCH du 05/01/2012
Bon anniversaire Dominique !
Le Figaro Littéraire
France 2 - Envoyé spécial
Dépêche AFP
Le Figaro Magazine
Univers Santé
Paris-Match
Paris-Match - suite et fin
Reportages / Sélection Vidéos
TF1 01/01/2012
Septembre 2011 : Retour dans la Cité de la Joie
Reportage 2011 "Pour sauver les enfants les plus pauvres du monde"
Le Mot de Dominique et Dominique
Source de Joie
On vous recommande chaudement
"Les racines des palétuviers"
2ème évènement, source de joie
Dans quelques jours, nous retrouverons frère Gaston-Dayanand...(février 2007)
Merci
Livre à lire !
Archives des actualités
A ceux qui aimeraient recevoir des nouvelles régulières...
Actions en 2006
Prix des Maisons de la Presse 2001
Faîtes un don !
sommet de la page

© Dominique Lapierre
Crédits
Mentions légales
0.028